Histoire de L’ÉAO

 

En 1879, un groupe d’éminents citoyens de la région ont formé une association visant à soutenir les beaux-arts au Canada. Ils proposèrent de créer une association d’art qui serait en mesure de parrainer des expositions annuelles dans la ville, d’utiliser l’influence de l’association pour promouvoir la création d’un musée national des beaux-arts et d’ouvrir une école d’art et de design à Ottawa. Un an plus tard, sous le patronat du marquis de Lorne et de son épouse la princesse Louise, ils ont réussi à tous les points de vue.

 

Les plans liés à l’établissement d’une association nationale d’art (National Art Association) ont ensuite évolué vers l’idée d’une académie d’artistes, dans laquelle chacun aurait à apporter sa contribution à l’aide d’une oeuvre « diplôme » dans le but de former la base d’une collection nationale (qui deviendra plus tard la collection permanente du Musée des beaux-arts du Canada).

 

L’Académie royale du Canada a tenu sa première exposition en mars 1880 à l’Hôtel Clarendon, situé à l’angle des rues Sussex et George. Un mois plus tard, l’Art Association a embauché un instructeur afin de commencer à offrir des cours d’art dans les studios du 140, rue Wellington. Dix-huit élèves firent partie de cette première année d’inscription.

 

L’Art Association of Ottawa a veillé à la gestion de l’Ottawa Art School, comme on l’appelait alors, pendant près de vingt ans. En 1899 cependant, le soutien s’est affaibli. Bien que l’Académie royale du Canada ait continué à parrainer des cours occasionnels de dessin d’après modèle vivant pendant les premières années de ce siècle, il a fallu attendre les années ‘20 et ‘30 avant qu’un certain nombre de groupes, dont l’Art Association of Ottawa, offre une fois de plus des cours d’art aux citoyens de la capitale sur une base régulière, avant de voir ses cours de nouveau suspendus au début de la Seconde Guerre mondiale.

 

En 1953, l’école d’art renaît sous le nom de Municipal Art Centre dans une école de rang de deux pièces située à Billings Bridge — cette fois sous les auspices de la Ville d’Ottawa. En 1977, faisant suite à deux autres déménagements, l’école a été rebaptisée une nouvelle fois et est devenue l’Ottawa School of Art — École d’art d’Ottawa (OSA / ÉAO). Cette même année, elle s’est enregistrée en tant qu’organisme à but non lucratif, administrée par un conseil d’administration bénévole élu par ses membres.

 

En 1983, l’ÉAO s’installe à nouveau au centre-ville d’Ottawa, dans son emplacement actuel, un bâtiment historique situé au 35, rue George – à un demi-pâté de maisons du lieu où l’Académie a tenu sa première exposition et à une courte distance du site où se sont offerts les premiers cours d’art offerts à Ottawa.

 

Aujourd’hui, l’École d’art d’Ottawa offre un éventail de cours d’art spécialisés incluant le dessin d’après modèle vivant, la peinture de paysage, la photographie, la céramique, la sculpture, la lithographie, l’aquarelle, la gravure, et une grande variété de cours spécialisés de brève durée et d’ateliers. Les possibilités de cours pour les enfants et adolescents sont nombreuses : multimédia, bande dessinée, sculpture, dessin et peinture.

 

En plus de ses cours d’art, les programmes de l’ÉAO incluent maintenant des ateliers pour les artistes en résidence, une galerie professionnelle (accueillant des expositions solos et de groupe présentées par des artistes locaux, nationaux et internationaux), un programme sans crédit de certificat en arts fondamentaux, un programme d’une année pour le développement d’un porte-folio et un programme de diplôme d’une durée de trois ans.

 

En tant que principal établissement d’enseignement artistique dans la région, l’ÉAO travaille en étroite collaboration avec d’autres organisations culturelles et est membre du Conseil des arts d’Ottawa, le Conseil des arts de l’Ontario, le ministère de la Culture et des Communications de l’Ontario, le Conseil des arts et de la municipalité régionale d’Ottawa-Carleton. L’essentiel des revenus provient des frais de scolarité, des cotisations des membres, et des collectes de fonds.

'
OSA/ÉAO